PUY DE DôME : Contexte et Mesure LIDAR

Depuis 2011 le Puy de dôme est devenu le site expérimental de la collaboration TOMUVOL qui vise à développer et valider la muographie par comparaison avec d’autres techniques d’imagerie géophysique.

Ce site est particulièrement intéressant non seulement par sa localisation très proche par rapport aux deux laboratoires impliqués, ce qui facilite la mise en place de l'expérience et limite les coûts d'exploitation, mais également parce que le Puy de Dôme est une structure complexe. Il s’agit d’un dôme trachytique dont l’étude morphologique suggère la présence de deux parties distinctes :

  • un dôme hérissé primaire;
  • une aiguille secondaire, à l’origine de la destruction partielle de la première unité.

Le relevé LiDAR haute résolution tend à affirmer ce scénario.

La campagne d'acquisition par lidar aéroporté a été menée au début du printemps 2011, en fonction des conditions climatiques et météorologiques. Ces données topographiques de haute précision sont indispensables pour réaliser une tomographie muonique de haute qualité. En effet, le MNT calculé à partir de ces données LiDAR permet de calculer précisément la trajectographie des muons atmosphériques, ainsi que le volume de matériel qu'ils auront traversé, afin de fournir un profil densitométrique précis le long de leur parcours.

Par ailleurs, la résolution d’un tel MNT permet d’améliorer considérablement la qualité des jeux de données géophysiques complémentaires à la tomographie muonique, notamment celles des mesures gravimétriques.


MNT Lidar du Puy de Dôme (50 cm de resolution, CRAIG – GeoPhenix 2011, coordonnées en mètres WGS84, UTM 31N)